5 mai 2017

Témoignages LOURDES 2017

Pendant les vacances de Pâques, quelques lycéens de l'Institution Notre-Dame La Riche de TOURS se sont mis au service des malades au sein de l’Hospitalité de Touraine lors du grand pèlerinage diocésain à Lourdes. Ils témoignent :  

David, Assistant Pastorale Scolaire (12 ans d’Hospitalité)

 Le groupe des quelques 800 pèlerins du diocèse de Tours
 
Partant déjà avec de « l’Ancienneté », il ne me fut pas compliqué de retrouver mes repères à l’Hospitalité de Touraine ! En effet l’ambiance familiale est toujours la même et l’accueil des malades et des hospitaliers toujours aussi chaleureux.
Aller à Lourdes, c’est une expérience de vie. Tout d’abord pour l’humilité. Là-bas, dans ce monde à part, les rôles sont inversés ! Nous sommes au service des malades, et en arrivant on se dit que nous allons les aider et les guider dans toutes les tâches et célébrations du quotidien. Cependant, c’est en fait eux qui nous apportent le plus ! Tant par leur parcours de vie que par leur foi. Et oui, car en plus d’être une leçon d’humilité, c’est une expérience de foi extraordinaire.
Pour ma part, ce sont les pèlerinages qui forgent ma foi et Lourdes reste sans conteste un incontournable. Il est impossible de décrire en réalité la magnificence et la force de ce qui se vit de ce lieu … allez, et vous verrez !
Alexis, Tale S (1 an d’Hospitalité)

Cette année, c’était la première fois que je partais à Lourdes en tant qu’Hospitalier. J’appréhendais le départ car je ne savais pas exactement ce que j’allais faire et comment cela allait se passer.
Tout juste étions-nous arrivés à Lourdes à l’Accueil Saint Frai, que nous étions déjà appelés pour amener les malades dans leurs chambres. Nous étions quelques lycéens, principalement des nouveaux, nous avons découvert les lieux et plus ou moins ce qu’il fallait faire car au début nous étions un peu perdu. J’étais affecté « soutien groupe de chambres », c'est-à-dire que nous étions plusieurs Hospitaliers à s’occuper de quelques chambres, cela m’a permis beaucoup de contacts avec les malades. Certes nous nous occupions d’eux lorsqu’ils étaient dans leurs chambres, mais nous nous occupions également de leurs déplacements, nous les accompagnions dans les sanctuaires, aux célébrations … Nous étions présents auprès d’eux tout au long de la journée. Si cela pourrait paraitre ennuyant, c’est bien au contraire hyper enrichissant, car ce sont des personnes qui vivent (la plupart du temps seules) des choses difficiles, mais qui pourtant ont toujours le sourire, et cela est une vraie leçon de vie. La nuit certes je dormais peu (entre 4 et 5 heures maximum) mais j’étais tellement content de les retrouver le lendemain matin.
Le plus difficile a été le dernier jour, car c’est justement lorsque je suis rentré chez moi que je me suis rendu compte à quel point Lourdes et l’Hospitalité m’ont rendu heureux et que j’étais déçu que ce soit fini. On y vit des choses tellement fortes et on a vraiment le sentiment de se rendre utile. L’Hospitalité c’est presque comme une drogue, une fois que l’on y a gouté on devient accro, ce qui fait qu’à peine rentré chez moi je m’étais déjà inscrit pour le pèlerinage suivant. J’ai eu la chance d’être dans un super groupe avec qui, dès le début, nous avons créé des liens d’amitiés très forts.
L’Hospitalité à Lourdes est vraiment une expérience incroyable que je conseille à chacun de vivre au moins une fois dans sa vie.
Pierre-Louis, 2nde  (nouvel hospitalier)
 
J’ai connu Lourdes, lors de mon pèlerinage en 3ème pour ma confirmation. J’avais vu des gens habillés tout en bleu aider les personnes âgées ou malades, mais jamais je m’étais dit que j’en ferai partie 2 ans plus tard. Un pèlerinage comme les autres en apparence mais très diffèrent finalement, un pèlerinage où l’on ne vient pas pour ses petits problèmes mais pour ceux des autres. On s’oublie soi-même pour se mettre au service des autres. Les émotions sont quintuplées. Jamais un simple sourire ne m’avait donné autant de joie, jamais un simple merci ne m’avait donné autant le sourire. Une semaine riche en humilité et en émotion, dans une franche camaraderie. Des moments qui resteront gravés à jamais dans ma mémoire et dans mon cœur. Hospitalier un jour, hospitalier toujours !
Justine, 1ère Bac Pro (nouvelle hospitalière) 

Cette année, pendant la semaine de Pâques, j’ai été hospitalière avec le groupe de lycéens de Touraine. Nous étions 4 de mon lycée (Institution NDLR TOURS). En tant que nouveaux, nous étions parrainés par des hospitaliers engagés (Sophie et David). J’étais donc une « petite bleue » comme le disent les anciens, en raison de la petite pastille collée sur le badge, signalant les hospitaliers qui viennent pour la première fois. C’était mon tout premier pèlerinage, la première fois que je venais dans cette ville si particulière qu’est Lourdes. Forcément, les premiers instants sont un peu impressionnants, mais il suffit d’observer un peu les anciens et d’avoir envie de se bouger pour que les choses se fassent naturellement. Le climat de l’Hospitalité est propice à ce que chacun trouve sa place et sa mission, j’ai d’ailleurs très rapidement rencontré plein de personnes fabuleuses.
La journée de l’hospitalier commence très tôt par la prière/briefing, puis elle se poursuit par le réveil des pèlerins en accueil toujours en prière. Des hospitaliers aident ensuite les malades à se préparer et à prendre leur petit-déjeuner pendant que d’autres font le ménage dans les chambres : tout est organisé et chaque équipe a sa mission. Ensuite, tout dépend du programme de la journée, les pèlerins prennent part à différentes célébrations, processions,  passage aux piscines (moment extrêmement intense)…. L’après-midi se déroule sur le même schéma après avoir aidé les malades à déjeuner, il en va de même pour le dîner et la soirée.
Je retiens de Lourdes une grande leçon d’humilité, j’espère vite retrouver l’Hospitalité, peut-être dès cet été en août, et bien évidemment l’année prochaine en avril. Merci à tous ceux qui ont rendu ce pèlerinage possible : l’Hospitalité, les sanctuaires, et tout particulièrement aux accompagnateurs du groupes de lycéens et au groupe lui-même, pour les tous les moments forts que j’ai vécu là-bas, Merci :).
Auriane, 2nde (nouvelle hospitalière)

 
 
Sophie, Alexis, Pierre-Louis, Auriane, Justine, David
 





10 avr. 2017

Les Coulisses du Bâtiment




Le Jeudi 30 Mars 2017, 300 jeunes collégiens sont passés dans les locaux en construction des futurs bâtiments de l'Institution Notre-Dame La Riche.

2 févr. 2015

Bienvenue à l'Institution Notre-Dame La Riche



Ancrée au centre de la Ville de TOURS, l’Institution Notre-Dame La Riche œuvre depuis des décennies à l’épanouissement des jeunes. De la maternelle à l’enseignement supérieur, le parcours proposé est une cohérence pédagogique et éducative au service de la réussite scolaire et du développement  personnel de chaque jeune.

L’Institution Notre-Dame La Riche est composée de l’école maternelle et primaire Sainte-Agnès, du collège des Récollets, du lycée général et technologique Saint-François Saint-Médard, du lycée professionnel Saint-Vincent de Paul, du Pôle d’Enseignement Supérieur et du centre de formation continue ISCB.

Chacun de ces établissements représente une école de vie dans laquelle s’expriment de grandes valeurs chrétiennes telles que la tolérance, l’écoute, l’exigence et la rigueur. La réputation et la notoriété de l’Institution sont solidement établies, elle est reconnue pour la qualité de son accompagnement, pour l’excellence de son enseignement et des résultats obtenus aux examens depuis des années.

L’Institution Notre-Dame La Riche poursuit ses innovations pédagogiques en intégrant un apprentissage des langues unique à TOURS : English School en maternelle et élémentaire, Atelier Allemand en élémentaire, Atelier Chinois en élémentaire et au Collège, Classes Bilingues au Collège, Divisions Internationales de la 6ème à la 2nde, Sections Européennes au Collège et aux Lycées.

La diversité et la qualité des menus proposés par notre société de restauration font l’unanimité des familles et des enfants. La politique mise en place de lutte contre le gaspillage permet de responsabiliser chaque utilisateur, dans le respect de l’environnement.

Dès la rentrée de Septembre 2014, une micro-crèche située au 26 rue Delpérier pourra accueillir une dizaine d’enfants, en partenariat avec Kangourou Kids. Cette proposition, unique en France, répondra à une interrogation de plus en plus pressante des familles.